C’est quoi un Label de Musique ?


Music Business /
Tu es libre de partager cet article !

Temps de lecture estimé : 4 min

Tu entends pleins de gens autour de toi dire “J’ai rendez-vous avec un label!” ou encore “Je voudrais bien signer avec un label pour la distribution” …

Tu hoches toujours la tête en faisant comme si tu comprenais parfaitement. Mais en fait… parfois tu t’embrouilles, t’as des doutes… Tu aimerais bien qu’on te dise très concrètement, c’est quoi un label de musique ?

Et c’est pour ça que tu es là, non ? Alors Bravo ! Déjà, tu fais ce que 95% des artistes ne font malheureusement jamais : s’informer et se former.

Un Label discographique

Un “label”, ça vient du mot anglais label, prononcé “lèèybeul”, et ça veut tout simplement dire…. ÉTIQUETTE.

Donc un label, c’est tout simplement une marque, une étiquette, le NOM d’une société.

Dans la musique, à l’origine, on a commencé à parler de “LABEL DISCOGRAPHIQUE” pour désigner le NOM d’une société qui produisait – c’est-à-dire qui enregistrait, des disques.

Donc en fait, ce qu’on appelle une “maison de disque” et un “label discographique”, c’est la même chose.

Peu à peu, “label discographique” est devenu juste : “label”.

Aujourd’hui, on parle de label pour nommer une société de production de musique, quel que soit le type de support qui est utilisé : c’est-à-dire que l’enregistrement de la musique se fasse sous forme physique, donc des disques (vinyles, CD…) ou numérique (mp3…).

On commence même à parler de “net labels” pour désigner les sociétés qui commercialisent de la musique uniquement en numérique, donc qui ne sont diffusés que sur Internet et qui ne font donc plus de disques.

>> A noter : A partir du moment où tu montes “juste une asso” pour enregistrer et produire ton premier EP de 4 titres, tu crées en fait ton propre label !

un label de musique

Plusieurs labels de musique au sein d’un même label

En général, ce qui embrouille les esprits par rapport à la définition d’un label, c’est qu’il arrive qu’il y ait plusieurs petits labels au sein d’un même groupe.

C’est là que, souvent, on n’y comprend plus rien.

Pour comprendre ce système de regroupement de labels, il faut se rendre compte que depuis le début de la musique enregistrée, c’est un grand souk. C’est l’histoire de ‘Qui rachète qui’ et ‘Qui revend qui’.

C’est l’histoire de l’expansion de quelques gargantuesques entreprises qui ont racheté des dizaines et des centaines de petits labels.

Mais souvent, les petits labels rachetés par le grand groupe, conservent leur spécificité et leur esthétique musicale.

Par exemple, lorsque la Motown est rachetée par Universal Music, le nom “Motown” est conservé, même s’il fait désormais partie du groupe Universal Music.

Quand tu vas sur le site de la Motown, tu ne vois même pas parler d’Universal. C’est si tu regardes tout en bas de la page que tu vois que le site a été créé et appartient à Universal.

Un exemple parmi des centaines d’autres.

Dans la même logique de différenciation et de spécialisation, il arrive très souvent que les maisons de disques qui grossissent créent des “sous-labels” pour différencier leurs activités ou les esthétiques musicales.

La maison de disque va créer un label dédié au pop/rock, un autre dédié à la musique classique, ou à “l’urbain” (c’est la mode aujourd’hui), etc.

Au sein du même groupe, chaque label aura son nom, son logo, son directeur, son budget, ses propres chargés de production spécialisés dans cette esthétique musicale.

Exactement comme la grande distribution. On parle d’“industrie” musicale, n’est-ce pas ? C’est pas pour rien.

C’est comme Carrefour qui possède une marque low cost “la qualité pour tous”, une marque bio “Carrefour bio” et une marque haut de gamme “nos producteurs ont du talent” (je dis n’importe quoi pour les noms). Tu vois l’idée ? Chaque marque, chaque “label” développe sa gamme de propres de produits spécifiques (avec une cible et des clients différents) mais tous font partie du groupe Carrefour.

Excuse moi pour ce merveilleux et déprimant exemple mais c’est celui qui m’est apparu le plus clair 🙂

Plusieurs activités au sein d’un même label

Il y a autre chose qui sème le trouble dans les esprits quand on parle de labels.

A l’origine, on l’a dit, on parlait de label “discographique”, donc le terme de label était associé à l’enregistrement et aux maisons de disques qui produisaient ces enregistrements.

Sauf que, les choses ont un peu évolué. Aujourd’hui, quand on parle de l’activité d’un “label”, il arrive qu’on ne parle pas que de la production d’enregistrements.

De plus en plus, dans les labels, il y a maintenant différentes activités :

  • L’activité d’origine “maison de disque” : c’est-à-dire l’enregistrement, la production phonographique
  • Mais il y a souvent l’activité “éditions musicales” qui gère la partie écriture et composition des oeuvres musicales
  • Il y a de plus en plus une partie “live” dans les labels qui gèrent eux-mêmes les concerts et tournées de leurs artistes
  • Il y a parfois même encore d’autres activités : merchandising, branding (agence de marketing pour les marques), management…

D’où la confusion qui peut naître.

Universal Music, Tôt ou Tard, Wagram ou encore Underdog Records sont des labels de taille différente, avec chacune une activité de production et d’enregistrement (donc ce sont des “maisons de disques”), mais elles ont toutes également d’autres activités liées à la musique (éditions, live, etc.)

>> Pour en savoir plus, lire l’article : Label, Maison de disques, Major, Producteur… Qui fait quoi ?? Help !


Tu es libre de partager cet article !
  • 13
    Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.