Devenir entrepreneur (#1) : 3 Questions-Vérités auxquelles tu ne peux pas échapper


Entrepreneuriat /
Envie de partager cet article ?

Temps de lecture estimé : 8 min

Artiste-Entrepreneur ou Artiste-Salarié ?

Freelance ou Chef d’entreprise ?

Cadre dirigeant ou Ouvrier ?

En fait, je vais te dire une chose. On s’en fiche complètement du statut.

En tout cas, moi je m’en fiche et je vais te dire pourquoi.

Le salariat ou l’entrepreneuriat ne sont qu’une enveloppe, parmi d’autres.

C’est un véhicule qui nous permet d’avancer dans la vie, de concrétiser des projets, de mettre en œuvre nos compétences, nos talents, nos envies, et surtout d’évoluer.

Selon les personnes, selon le moment de leur vie, selon la situation, et surtout selon les projets, c’est plutôt telle ou telle enveloppe qui conviendra le mieux.

Mais par contre, une question demeure : Qu’est-ce que tu mets dans cette enveloppe ? Cette entreprise, quel projet porte-t-elle ? Ce boulot, quels talents te permet-il d’exprimer ?

Quand j’ai décidé de me mettre à mon compte, je me suis retrouvée à me poser des questions que je ne m’étais pas vraiment posé avant. Enfin, pas avec autant de profondeur et d’urgence.

Que tu sois artiste ou professionnel de la musique, si tu as décidé de monter ton label, créer ton agence de management, d’être booker indépendant.e, attaché.e de presse ou community manager freelance, et bien, tu es entrepreneur.

Et en tant qu’entrepreneur, tu es souvent confronté à PLEINS de questions.

Soit tu refuses de les voir et d’y répondre. C’est un choix. Soit tu te les prends dans la face plus ou moins brutalement, mais tu acceptes de les regarder en face et d’y répondre. Et là, l’aventure commence 🙂

Dans le premier article de cette série, je te partage 3 questions auxquelles j’ai été confronté depuis que j’ai décidé de travailler à mon compte.

J’en partagerai d’autres dans un prochain article.

Question #1 : Pourquoi tu fais ce que tu fais ?

Pourquoi tu fais de la musique/ des formations/ des bijoux/ des cours de yoga/ du community management/ des concerts/ etc. ? Pourquoi c’est important pour toi ? Pourquoi c’est important pour les autres ?

Quand tu lances un projet, quel qu’il soit en fait, et que tu veux le vendre, le commercialiser, le faire connaître, tu vas forcément être confronté à cette question.

C’est un passage obligé. Très exaltant pour certains, très angoissant pour d’autres.

Et si tu ne t’es jamais posé la question, et bien, je te la pose maintenant :

Pourquoi tu fais ce que tu fais ?

Ça a l’air idiot comme question, hein ? Oui, c’est ce que je me suis dit aussi. Bah pff c’est évident, c’est pour… euh… bah…euh pour… OK. Reviens quand la raison d’être de ton business sera limpide.

Ça marche si tu veux monter un label, enregistrer un album, organiser une tournée, créer une nouvelle marque de chaussettes, créer un blog, vendre des aspirateurs sans filtre, des slips made in france ou créer des formations en ligne.

Pourquoi est-ce que les gens vont donner leur argent, leur temps, leur énergie pour lire ton article de blog, regarder ta vidéo, acheter ton CD/aspirateur/cours en ligne, se déplacer et venir à ton concert, écouter ton morceau sur FB alors qu’il a 254 notif par jours qui lui demandent la même chose…? Oui, pourquoi ?

Et là, j’ai envie de paraphraser la citation sublime de Simon Sinek lors de son TED magistral :

People don’t buy WHAT you do, they buy WHY you do it.

Les gens n’achètent pas CE QUE tu fais, mais POURQUOI tu le fais

Un tableau, un stylo, un schéma, 3 mots.
En 15 minutes, le mec t’offre une clarté incroyable…sur le marketing la vie.

Si tu n’as pas encore vu cette conférence, offre toi un petit quart d’heure pour la visionner. Et puis, prends un papier et un stylo, et regarde voir si tu arrives à écrire facilement pourquoi tu veux porter ce projet.

En ce qui me concerne, je refais l’exercice régulièrement, parce que, je confirme, c’est pas simple. Si tu veux avoir un aperçu de ce qui me motive dans le projet Droit de la Musique, tu peux jeter un coup d’oeil sur ma page : A propos. 😉

Question #2 : As-tu peur de réussir ?

Oh purée, celle-là je ne l’avais pas vu venir… Je me rappelle avoir plusieurs fois entendu d’autres personnes parler de la peur de la réussite. Mais je ne me suis même pas attardé sur la question.

“Peur de réussir – Mais quel est donc cette chose ? non connais pas, donc ça ne me concerne pas“….

Attention, la peur de réussir se faufile dans nos vies de façon très subtile.

Je l’ai rencontré en face à face un jour où je voulais envoyer un mail.

Oui, juste un mail.

J’envoyais une proposition de collaboration à quelqu’un dont je respectais énormément le travail. Je lui demandais de m’accompagner comme coach pour développer mon activité.

Ma démarche était un peu osée pour moi, loin de mes habitudes confortables, mais c’était vraiment ce que je voulais. Dans ma tête, s’il acceptait, ça serait génial parce que mes projets pourraient tellement bien avancer. Et s’il refusait, bon tant pis, pas grave, je continuerais comme avant sur ma lancée.

En tant que bonne élève, j’avais compris et intégré mes leçons : “Qui ne demande rien n’a rien“, “Tu n’as rien à perdre” et “Demande et tu seras exaucé“. Bon.

Sauf que j’ai mis 2 jours à envoyer ce mail. Je ne comprenais pas pourquoi je n’arrivais pas à cliquer sur “Envoyer”. Impossible de lâcher le stress. Mais le stress de quoi ?

Puis, j’ai refait le film dans ma tête pour me raisonner et arrêter de stresser :

S’il accepte >> génial, tes projets avancent !

S’il refuse >> and so what ? pas grave, la vie continue. Donc pas la peine d’avoir peur qu’il te dise non.

Et là.

Et là, j’ai compris. J’ai compris que ma peur n’était pas qu’il me dise non, puisque ça ne changerait RIEN à ma situation actuelle.

Mais ma peur était qu’il dise… OUI !!! (Heureusement que c’était pas une demande en mariage)

Pourquoi cette peur qu’il accepte ?

Parce que s’il acceptait ma proposition, les choses allaient changer dans ma vie.

Les choses allaient forcément évoluer, aller vers…je ne sais pas trop où d’ailleurs, mais aller vers ce que je me disais être la réussite de mon projet.

Et l’inquiétude était cachée là.

Si je rate, je sais ce qui va se passer : RIEN

Mais si je réussis ? Qu’est-ce qui va se passer ?

A la seconde où j’ai compris ça, j’ai explosé de rire, et quelque chose s’est détendue à l’intérieur.

Du coup, au lieu d’essayer de me rassurer en me disant que je n’avais rien à perdre, je me suis demandée : es-tu prête pour de nouvelles aventures ? La réponse était oui. J’ai cliqué sur “Envoyer” 🙂

Bref, si j’en parle ici, c’est que maintenant avec cette découverte et cette nouvelle perception des choses, je m’aperçois d’une chose :

Beaucoup d’artistes et d’entrepreneurs portent en eux une certaine peur de la réussite.

Oui, beaucoup d’artistes qui ont l’impression de tout faire pour réussir, mais qui malgré tout échouent, portent en eux le germe de cette peur de réussir.

Inconsciemment, ils ne sont pas prêts pour la réussite.

Donc, de façon invisible, tout est fait pour qu’ils ne réussissent pas.

Inconsciemment, eux-mêmes œuvrent pour leur propre échec.

Je sais que tout le monde ne partagera pas cette vision de la vie. J’imagine bien que pour certains c’est très difficile à entendre. Et je respecte profondément leur désaccord.

Quoiqu’il en soit, je crois que cette peur de la réussite est certainement liée à une autre question-vérité, dont je reparlerai dans un autre article et qui est intimement liée à celle-là, c’est :

“Qu’est-ce que ça veut dire pour toi réussir ?”

Pour moi, c’est directement lié. Plus ta vision de la réussite est claire et surtout plus elle TE correspond, moins tu en auras peur.

Et oui. Si pour toi, réussir ça veut dire être coupé de ta famille ou si être riche ça veut dire être un capitaliste dégueulasse, tout sera fait pour que tu ne sois pas coupé de ta famille ou pour que tu ne deviennes pas un capitalise dégueulasse… Ainsi ta croyance d’origine sera respectée.

En attendant qu’on en reparle, tu peux aller (re)lire l’article que j’avais écrit sur les Mythes & Bullshits de la Musique : l’illusion du succès.

Et même celui sur les croyances autour de l’argent : Tu fais pas ça pour l’argent ? Ah bon ?

Question #3 : Quelle est ta plus grande force ?

Quand j’envoyais des lettres de motivation, avant, comme tout le monde, j’étais: curieuse, motivée, réactive et rigoureuse. Et mon plus grand défaut était mon perfectionnisme. Bah voyons.

Oui, la question n’est pas simple. Mais sincèrement, elle vaut largement la peine de s’y pencher POUR DE VRAI.

Et il se trouve que, souvent, l’entrepreneuriat permet de se confronter réellement à cette question.

Le problème du salariat et des lettres de motivation pour moi, c’est que ça ne m’a pas poussé à creuser la question.

J’ai toujours cru que ces questions sur les qualités, les forces, etc., c’était juste du baratin. De toute façon, je me retrouvais souvent face à des gens qui ne comprenaient pas plus la portée de ces questions que moi, donc ça n’était que des discussions stériles. Et pendant longtemps j’ai cru que réfléchir à ses forces et ses faiblesses, ça ne servait à rien.

Les choses ont changé. Heureusement.

J’en parle aussi ici parce que à un moment donné du développement de ton projet, qu’il soit artistique ou entrepreneurial ou les deux, tu vas devoir reconnaître ces forces et savoir répondre à cette question.

Si tu veux créer un projet artistique, c’est important de comprendre ce qui fait ta singularité. Pareil pour un entrepreneur.

A mon sens, ça vaut le coup, au moins, de chercher une vraie réponse.

Pourquoi ?

Parce que sinon toute notre vie on croit qu’on est “réactif et perfectionniste” alors qu’on est à l’opposé.

Du coup, on fait pas les bons choix, on souffre à faire un travail qui ne nous correspond pas, on porte des projets qui ne sont pas faits pour nous, on ne rencontre pas les bonnes personnes…

Je ne suis PAS “réactive” !! Et non, je ne réponds jamais tout de suite à un mail, ni à un sms, parfois j’oublie même de répondre, je déteste travailler dans l’urgence, j’aime prendre mon temps, je déteste qu’on me presse (et qu’on me prenne la tête). Donc tu me vois en train d’organiser la tournée de Beyoncé ? Bon. Comme ça, c’est clair. J’économise mon temps, mon énergie, et celui des personnes en face. Et personne ne souffre.

De même, mon “plus gros défaut” n’est PAS le “perfectionnisme” !!

Bref, je vais pas refaire mon CV ici 🙂 Mais tu auras compris qu’on est pleins de préjugés et de jugements vis-à-vis de nous-mêmes, donc ça n’est pas simple de faire le tri.

Ça prend parfois du temps de repérer ce qui fait notre force, notre singularité. Mais ça vaut le coup. Et à mon avis, pour 2 autres raisons au moins :

1. C’est ton meilleur argument de vente (de toi-même et de tes projets). Si tu peux raconter en 2 phrases ce qui fait ta force et ta particularité en tant qu’artiste/entrepreneur, tu captes plus vite l’attention. Tu attires plus facilement les personnes que tu es susceptible de pouvoir séduire avec ton travail.

2. De façon plus pratique et terre à terre, c’est beaucoup plus simple pour savoir ce que tu dois déléguer à d’autres personnes, et ce qui doit être fait par toi. Tout simplement. Sans parler du fait que, du coup, tu développes une capacité de voir ce qui fait la force de la personne en face de toi. Plus de chances de faire les bonnes rencontres du coup.


Et toi ? Tu es artiste, entrepreneur, les deux ? Tu t’es forcément retrouvé dans un face à face avec une de ces questions ? Tu as trouvé tes réponses ? Viens partager ton expérience dans les commentaires ! 🙂


Envie de partager cet article ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.