Besoin de financer une Tournée ? Toutes les aides et subventions à connaître


Argent /
Envie de partager cet article ?

Temps de lecture estimé : 15 min

Dans un précédent article, je te parlais des aides financières pour l’enregistrement ou la promotion d’un EP/album. Voyons ici quelles sont les aides et subventions qui existent pour financer les concerts et les tournées dans la musique.

Avant de commencer : Très important

Aides privées VS. Subventions publiques

Avant toute chose, j’apporte une précision sur l’utilisation du mot “subvention”. On entend souvent parler de “demande de sub”. Du coup c’est devenu un terme générique pour parler d’une somme d’argent obtenue pour aider un projet. Sauf que.

Comprendre ce qu’est vraiment une “subvention”

Sauf qu’en réalité, une subvention est une aide financière, certes, mais versée par l’État ou une collectivité publique. C’est-àdire que c’est de l’argent public qui est versé par une Région, un Département ou une Ville (ou par une organisation qui les représente ou utilise de l’argent public). Donc une subvention c’est l’utilisation de l’argent des impôts payés par les citoyens.

C’est important parce que quand tu sollicites une aide auprès d’un organisme public, il va falloir que tu te demandes pourquoi on va te donner cet argent là. Ce n’est certainement parce que ta musique est super ou que tu veux réaliser ton rêve d’être chanteuse…

Donc ce n’est pas une histoire de vocabulaire. C’est pour une histoire d’état d’esprit.

Tu te rappelles mon article sur le Tue-Business dans les Mythes & Bullshits de la musique ? J’y parle de l’importance de bien comprendre les objectifs de la personne en face de toi quand tu veux demander quelque chose.

Et bien, pour demander une aide financière à un organisme, tu dois comprendre quels sont ses objectifs, ses missions. Tu dois comprendre pour quelle raison cet organisme va t’aider.

Et s’il s’agit d’un organisme qui défend les intérêts des artistes-interprètes, ou lorsqu’il s’agit d’une institution publique qui représente l’État – donc qui est censé défendre l’intérêt général, tu te doutes bien que tu ne vas pas demander, ni présenter les choses de la même manière.

Donc, chaque fois que tu veux demander quelque chose à une organisation, vérifie bien qui elle est et ce qu’elle défend. C’est FONDAMENTAL.

Une aide financière ou une subvention, c’est pas la sécu : pas de prise en charge à 100% !

Autre chose avant d’aller plus loin. Je te préviens tout de suite. Je répète ici, ce que j’avais déjà dit pour les aides à l’enregistrement.

Si tu attends qu’un organisme te “rembourse” à 100% tes “dépenses”, tu peux tout de suite laisser tomber.

Ne perds pas ton temps. C’est peut-être ce que tu as de plus précieux.

En effet, quand tu entres dans le domaine des aides financières et des subventions, tu passes dans le monde professionnel. C’est-à-dire qu’on ne pense plus en terme de “dépenses”, mais on parle d’ “investissements”.

Les aides financières et subventions que tu sollicites, ce n’est PAS LA SÉCURITÉ SOCIALE ou LA MUTUELLE ! Il n’y a pas de “prise en charge à 100%” !

L’état d’esprit pour aborder au mieux une demande de financement pourrait être celui-ci :

  • Tu as l’intention d’organiser un concert ou une tournée : ce qui va permettre à toi, ton groupe, tes musiciens de gagner de l’argent (puisque vous allez toucher un cachet à chaque représentation).
  • Cet évènement va permettre de développer ta carrière, donc, va te permettre de générer encore plus de revenus pour toi, ton entreprise, tes collaborateurs.
  • Il est même possible selon les cas que ton évènement ait un réel impact économique mais aussi social sur la commune/région/pays…
  • Alors, tu as décidé d’investir ton argent ou celui de ton entreprise, parce que tu crois au potentiel économique (et éventuellement social) de ce projet.
  • Donc, tu demandes à des organismes de t’aider à INVESTIR parce qu’il te manque de l’argent pour BOUCLER ton budget de production.

C’est ça la logique des demandes de subventions et d’aides financières.

Allons voir maintenant les aides et subventions qui existent pour t’aider à financer l’organisation de concerts ou de tournées.

LES FINANCEMENTS PROFESSIONNELS PRIVÉS

L’ADAMI

>> Qu’est-ce que l’ADAMI ?

adami

L’ADAMI est ce qu’on appelle une société de gestion collective. C’est un organisme qui va collecter puis répartir l’argent dû aux artistes-interprètes (musiciens, danseurs, comédiens…) suite à la diffusion de leurs interprétations à la télévision, à la radio, dans les lieux publics, etc.

Si tu as besoin de te rafraîchir la mémoire, tu peux (re)lire l’article sur les droits des artistes-interprète.

L’ADAMI a pour mission également de redistribuer une partie de cet argent collecté auprès des diffuseurs (radio, télé, lieux publics, etc) pour financer les projets des artistes-interprètes. D’où les nombreux programmes d’aides que tu peux trouver sur le site.

>> ADAMI : Aide au Spectacle Vivant

L’Aide au Spectacle Vivant de l’ADAMI est une aide à création et à la diffusion de spectacles (danse, théâtre, musique, …). L’objectif est de soutenir la création (en finançant une partie des répétitions) et/ou la diffusion du spectacle, donc la tournée.

Donc ce n’est pas une aide pour une date isolée. A noter néanmoins que l’ADAMI si c’est une première partie, il y a un programme d’aide même si c’est une seule date.

L’ADAMI peut t’accorder une aide égale à 1/3 du budget total de la tournée. Donc si tu as prévu un budget de 10.000€, tu peux demander jusqu’à 3.300€ (Attention, demander n’est PAS obtenir ^^). A condition toutefois de respecter un certain nombre de conditions :

  • avoir une structure juridique pour porter ton projet (une asso, c’est ok)
  • respecter les délais pour déposer ton dossier (3 mois avant la date de la 1ère représentation)
  • respecter le nombre minimum de représentations par tournée (par exemple, pour une tournée “musiques actuelles”, il faudra justifier d’un minimum de 10 dates sur 6 mois).
  • Il va sans dire (mais il va mieux en le disant) que TOUS les musiciens sont DÉCLARÉS et RÉMUNÉRÉS en respectant les salaires minimums. (Tu l’auras compris, à l’ADAMI on défend le travail et la professionnalisation des artistes-interprètes, à travers le salariat).

Voici la liste de tous les critères : Adami, liste des critères pour l’aide au spectacle vivant et au festivals

La SPEDIDAM

>> Qu’est-ce que la SPEDIDAM ?

Spedidam

La SPEDIDAM, c’est comme l’ADAMI, une société de gestion collective. Elle collecte et redistribue l’argent dû aux artistes (suite à un passage radio, une diffusion à la télé, etc.).

La différence avec l’ADAMI est que :

  • L’Adami gère les droits des artistes interprètes dits “principaux”
  • La Spedidam gère les droits des artistes dits “d’accompagnement” (musiciens de studio, choriste, figurants, etc).

Pour te rafraîchir la mémoire, tu peux relire l’article sur les droits des artistes-interprètes.

>> SPEDIDAM : Création et diffusion de spectacle vivant

La SPEDIDAM propose une aide financière aux structures (ça peut être une association) qui veulent créer et diffuser un spectacle. Donc, là non plus, ça ne concerne pas juste une seule date. Le spectacle doit être représenté sur scène 3 fois minimum, sur 8 mois maximum.

Pour le répertoire ‘chanson/variété’, il doit y avoir au minimum 3 musiciens présents sur scène à chaque représentation, hormis l’artiste principal.

Je n’ai pas besoin de préciser que les salaires sont obligatoires, déclarés et doivent respecter les minimas sociaux. Dans la fiche de présentation, la SPEDIDAM indique même les tarifs minimums en vigueur. Par exemple, pour la chanson/variété, le salaire minimum par représentation est de 145€ bruts par cachet.

Pour plus d’info, regarde les critères d’attribution de l’aide au spectacle.

La SACEM

>> Qu’est-ce que la SACEM ?

Sacem

Je pense que tu connais la SACEM, l’organisme de gestion collective des auteurs-compositeurs et éditeurs de musique. La SACEM collecte les droits d’auteur auprès des utilisateurs de musique puis les redistribue aux auteurs, compositeurs et éditeurs.

Si tu es auteur-compositeur, sache que la SACEM a un important budget dédié au financement de projets. Donc, n’hésite pas à regarder sur leur site : il y a plus de 50 programmes d’aides proposés par la Sacem !

Si tu es auteur-compositeur ET interprète (ou si vous êtes un groupe, mais que ce sont tes oeuvres qui sont majoritairement jouées), sache que la SACEM propose aussi une aide à l’auto-production. J’en parle ici.

>> SACEM : Aide à la production scénique de musiques actuelles

Le programme est suspendu cette année, au moment où j’écris cet article. Il est toutefois fort possible que le programme soit relancé pour la prochaine saison avec des modifications dans les conditions d’accès. Ne pas hésiter à les appeler pour leur demander.

Plus d’info sur le site de la SACEM, pour vérifier régulièrement où en est le dispositif

>> SACEM : Aide aux tournées et showcases à l’international

Ça peut être intéressant si tu es producteur de tes spectacles et que tu as prévu plusieurs dates à l’étranger (ça peut être tout près, comme la Belgique, la Suisse, ou l’Espagne, c’est pas forcément l’Australie ou le Japon!). L’idée pour la SACEM c’est de soutenir une vraie stratégie de développement à l’étranger. Pas juste 2 ou 3 dates isolées.

Plus d’info sur le programme d’aide aux tournée et showcases à l’international de la Sacem

La SPPF

>> Qu’est-ce que la SPPF ?

Sppf

La SPPF c’est une des deux sociétés de gestion collective des producteurs phonographiques (la seconde c’est la SCPP). La SPPF reversent aux producteurs les revenus qui découlent de la diffusion de leurs enregistrements à la télé, à la radio, dans les lieux publics… Donc si tu produis toi-même ton EP/album, tu dois adhérer à la SPPF ou la SCPP pour pouvoir toucher cet argent (tes droits voisins de producteur).

La SPPF propose différents programmes pour aider les labels à financer leurs projets, et notamment un programme d’aide pour l’enregistrement.

Dans la mesure où il s’agit d’aides qui s’adressent à des professionnels en activité, les aides sont difficilement accessibles aux débutants.

>> SPPF : Aide au Tour support

Alors, comme la SPPF est une société qui gère les droits des producteurs phonographiques, il est donc tout à fait logique que la SPPF ne finance que les concerts et tournées qui sont liés à l’exploitation d’un album (distribués physiquement… oui la SPPF y tient toujours pour l’instant, ça filtre pas mal comme ça).

Clairement, c’est une aide qui s’adresse aux professionnels et aux “vraies” tournées, c’est-à-dire qu’il faut au moins 8 dates (hors festivals) dans des lieux et régions différentes (plus de 2 régions différentes en France).

Si c’est la tournée des bars de ton quartier, ça marche pas, ce n’est pas une tournée au sens de la SPPF ! 🙂

Comme toujours, l’aide demandée ne peut représenter qu’une partie de ton budget. Ici, la SPPF accorde 50% maximum de l’apport du producteur. Tu investis 20.000€, la SPPF pourra t’accorder une aide d’au maximum 10.000€.

Attention toujours au respect du calendrier. Il faut bien penser à vérifier les dates des commissions et en même temps déposer le dossier avant le début de la tournée.

Tu trouveras les informations détaillées sur le site de la SPPF, dans l’onglet Téléchargement. Puis, tu vas dans la rubrique “Aide à la création”, et tu cliques sur “Critères d’attribution”. Tu vas télécharger un fichier Excel.

Dans ce fichier : Attention il y a plusieurs onglets. Tu trouveras TOUS les critères de TOUTES les aides proposées par la SPPF.

Du coup, tu peux voir quelles sont les autres aides qui existent, notamment les aides spécifiques pour les showcases et 1ères parties.

La SCPP

>> Qu’est-ce la SCPP ?

Scpp

La SCPP c’est exactement la même chose que la SPPF. C’est une société de gestion collective qui gère les revenus des producteurs phonographiques issus de l’exploitation de leurs enregistrements à la télé, radio, etc.

On ne peut être adhérent que d’UNE seule société, soit la SPPF, soit la SCPP. Donc pour demander les aides, c’est soit l’une, soit l’autre.

Alors pourquoi 2 sociétés au lieu d’1 seule me diras-tu ? La différence entre la SCPP et la SPPF était à l’origine plutôt politique disons. La SPPF est la société dédiée à 100% aux labels “indépendants”, alors que parmi la SCPP tu trouves aussi les majors (Universal, Sony, Warner). Sauf qu’aujourd’hui à la SCPP, tu trouves aussi presque 3000 petits labels indépendants. Donc aujourd’hui, quel est vraiment l’intérêt de la distinction ? Bon.

Il y a ensuite des différences dans les aides existantes et dans le montant des aides allouées. Je dirais – selon mon expérience uniquement – que la SPPF aide plus de projets, y compris les projets très modestes, même si elle alloue des petites sommes. Alors que la SCPP en aide moins, mais le montant des aides qu’elle accorde est plus important (je n’ai pas fait de statistiques mais c’est un ressenti).

Au besoin, pour la distinction entre majors et indé, j’en parle à la fin de cet article ici : “Label, Maison de disque, Major, Producteur… : qui fait quoi”

>> SCPP : Aide aux showcases et premières parties

Depuis le 1er janvier 2019, l’aide aux tournées/premières parties est supprimée.

Par contre, il y a toujours l’aide aux showcases musicaux dans les salles de spectacles conventionnées par la SCPP.

Ça veut dire que si tu organises ton concert de sortie d’album dans une des 30 salles qui ont signé une convention avec la SCPP (la liste est ici, va le tableau au chapitre IV), la SCPP subventionne une grosse partie de la location de la salle (généralement 80%).

Pour plus d’information, va sur le site de la SCPP pour voir tous les critères d’attribution des aides.

Le FCM

>> Qu’est-ce que le FCM ?

le fcm

Le FCM, c’est le Fonds pour la Création Musicale. C’est une association créée en 1985 et qui regroupe tous les acteurs de la filière musicale (auteurs, compositeurs, éditeurs, artistes, producteurs). L’objectif à l’origine était de constituer “une voix unique” dans la négociation de certaines évolutions législatives.

En fait, toutes les sociétés de gestion collective participent au budget du FCM, ainsi que le Ministère de la Culture.

Si tu veux en savoir plus, l’histoire de la création du FCM et ses missions sont clairement racontées sur leur site dans l’Historique

Dans sa vocation de soutenir la création musicale française, le FCM a mis en place plusieurs programmes d’aides financières, dont des aides pour le spectacle vivant, mais aussi pour les showcases et pour les spectacles jeune public.

>> FCM : Aide au spectacle vivant – France

Le FCM distingue les programmes d’aide aux projets “Variétés” et les projets “Musiques“.

Le programme “Musiques” soutient les projets de musique classique, contemporaine, jazz de création, musiques traditionnelles et du monde.

Le programme “Variétés” soutient… les “non-musiques” donc 🙂 c’est-à-dire tout le reste (chanson, pop, rock, rap, etc.)

Franchement, si quelqu’un du FCM me lit : s’il-vous-plait, changez cette appellation…

Quoiqu’il en soit, aujourd’hui le FCM ne finance pas les tournées et concerts de la “non-musique”, euh je veux dire des musiques dites de “Variétés”.

Aide à la Pré-production scénique “Variétés”

Pour les projets “Variétés”, elle finance ce qu’ils appellent la “Pré-production scénique“, c’est-à-dire la préparation d’un spectacle, les résidences en vue de créer le spectacle. Et on sait que l’investissement peut être très important parfois. Donc le FCM peut financer une partie du budget de création : location de la salle, cachets de répétitions, etc. Ils ne financent pas la diffusion.

Tu peux télécharger le détail du programme pré-production scénique ici (dossier.zip à télécharger) ou aller directement sur le site du FCM.

Aide au Spectacle Vivant “Musiques”

En revanche, pour les projets “Musiques”, il y a une aide à la diffusion de spectacle en France. C’est donc pour les répertoires jazz de création, musique contemporaine, musiques traditionnelles et du monde. Je ne ferai aucun commentaire sur l’appellation “musiques du monde”… Si t’as un doute, appelle-les pour savoir où classer ton projet.

Il faut savoir que le FCM accorde beaucoup d’importance à la synergie album/scène et par conséquent, les aides sont accordées aux producteurs qui ont déjà produit un album.

Tu peux télécharger le détail du programme spectacle vivant musique ici (dossier .zip à télécharger) ou aller directement sur le site du FCM.

LES FINANCEMENTS PUBLICS : État et collectivités territoriales

La Région, via la DRAC

>> Qu’est-ce que la DRAC ?

C’est la Direction Régionale des Affaires Culturelles.

C’est un service du Ministère de la Culture, donc du gouvernement, de L’ÉTAT.

Les DRAC sont chargées de mettre en œuvre la politique culturelle définie par le gouvernement au niveau de la Région.

Il existe donc 1 DRAC dans chaque région.

Et chaque DRAC propose ses propres subventions et aides aux projets.

La DRAC cherche à harmoniser la politique culturelle de l’Etat avec les besoins et spécificités de la Région.

>> Exemple : DRAC Ile-de-France, Section Musique et Danse

Je t’invite à aller voir le site internet de ta région si tu n’es pas francilien. Il y a toujours des aides pour les projets culturels – mais pas forcément musicaux. Cela dit, si ton projet est “entre deux” disciplines, regarde s’il n’y a pas moyen de jouer là-dessus.

A noter que les programmes d’aides peuvent changer d’une année à l’autre (notamment en cas de changement de politique culturelle). Donc, informe-toi régulièrement.

Si tu as un projet de spectacle dont tu peux démontrer qu’il est bon pour l’intérêt général, c’est-à-dire à vocation sociale, soutien de l’enfance, développement dans les “quartiers”, multiculturalisme, etc, ça vaut le coup d’aller jeter un coup d’oeil sur le site de ta DRAC.

Le CNV, Centre National du Spectacle Vivant

>> Qu’est-ce que le CNV ?

cnv

C’est le Centre National de la chanson des variétés et du jazz. C’est l’équivalent du CNC pour le cinéma qu’on connait parfois mieux.

Association fondée en 1986 pour favoriser l’essor de l’économie du spectacle vivant musical.

La mission du CNV est de soutenir le spectacle vivant de musiques actuelles et de variétés, grâce aux fonds collectés par la taxe sur les spectacles et par la redistribution de ceux-ci sous la forme d’aides financières aux divers porteurs de projets.

>> CNV : programmes d’aides au spectacle vivant

Il y a plusieurs commissions qui aident notamment les salles de spectacles et festivals.

Pour la section production de spectacles, il y a plusieurs programmes d’aides :

  • Aide aux premières parties
  • Aide à la diffusion à l’international
  • Aide à la production

Attention : les aides du CNV s’adressent à des professionnels en activité qui doivent être affiliés.

Pour les conditions d’affiliation, voir sur le site : https://www.cnv.fr/comment-saffilier

Le Bureau Export

>> Qu’est-ce que le Bureau Export ?

le bureau export

Le Bureau Export est une association qui a pour mission d’accompagner la filière musicale française dans le développement de ses artistes à l’international.

Les aides sont réservés aux adhérents.

Pour les conditions d’adhésion : https://www.lebureauexport.fr/qui-sommes-nous/adherez/

>> Les aides du Bureau Export

Le Bureau Export peut apporter beaucoup plus que de simples aides financières. Il peut apporter un vrai soutien au développement de carrière à l’étranger..

Voici le genre d’aides que peut apporter le Bureau Export :

  • Déplacement professionnel de prospection
  • Promotion et marketing
  • Voyage promotionnel
  • Prestations live, hors tournées
  • Tournées internationales (3 représentations minimum)
  • Session d’écriture
  • Aide à la gravure et à la digitalisation de partitions (pour les éditeurs de Musiques Classiques)

Les programmes d’aide sont structurés par esthétique musicale (Musiques actuelles / Musiques classiques / Jazz ).

C’est super bien expliqué sur leur site : Aides et services du Bureau Export

Sur cette page, tu trouveras aussi la liste des projets aidés les années précédentes. Je t’invite comme toujours à y jeter un coup d’œil, c’est toujours intéressant d’aller voir quels genres de projets sont aidés.

LES FINANCEMENTS EUROPÉENS

Souvent oubliés ou négligés, il y a aussi des fonds européens pour le développement des projets artistiques et culturels.

Si la nature de ton projet s’y prête bien sûr (dimension « interculturelle », intérêt général, développement économique, etc.), ça peut valoir le coup d’aller jeter un coup d’œil.

Quelques ressources pour aller plus loin :


Envie de partager cet article ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.